Découvrez les différents quartiers bordelais

Publié le 21 Jan 2022

Découvrez les différents quartiers bordelais

Longtemps nommée la Belle Endormie, Bordeaux est désormais bien réveillée. Exhibant sa beauté à la face des touristes, la ville sait aussi se faire secrète et ne dévoile qu’aux initiés les trésors cachés de ses quartiers.

Quartier Jardin Public et Chartrons … quartiers paisibles, si peu excentrés et pourtant différents

Crée par l’intendant Tourny, le jardin public est le premier jardin dédié aux Bordelais. Implanté en lieu et place de mauvaises vignes, il s’étend sur 10 hectares. Aujourd’hui planté d’arbres et de parterres de fleurs, il accueille le Muséum d’Histoire Naturelle et le Jardin Botanique. Bordé sur trois côtés par de somptueux immeubles bourgeois, il est longé par le cours de Verdun anciennement baptisé cours du Jardin Royal. Aux curieux, je conseillerais d’aller voir la place Mitchel et la place Bardineau.

Le quartier des Chartrons quant à lui est l’ancien fief des négociants en vin. Quartier très prisé des Bordelais, nombreux sont les anciens chais de pierres voutées, transformés en appartements luxueux.
La rue Borie cache le secret Musée du Négoce et du Vin et à quelques encablures de tramway sa grande sœur la Cité du Vin. Au printemps, prenez le temps de déambuler sur le cours Xavie Arnozan où se regroupe de nombreux consulats dans des immeubles cossus. Empruntez en suivant la rue Notre Dame, où les petites boutiques se succèdent, proposant décoration, mode et antiquités. Bien sûr, il ne faudra pas manquer d’entrer au CAPC Musée d’Art Contemporain autrefois destiné à entreposer les marchandises arrivées par bateaux.

Quartier Triangle d’Or … le quartier chic

Si la physionomie de la ville doit sa beauté à un homme, c’est bien à Louis-Urbain Aubert, marquis de Tourny qui devient intendant de Guyenne à Bordeaux en 1743. Il embellit les quais sur la Garonne, fait aménager des places, fait ouvrir des avenues et crée un jardin public. Un siècle plus tard, un jeune baron nommé Haussmann et préfet de la Gironde, observa avec attention les méthodes de modernisation urbaine et s’en inspira pour les travaux qu’il effectua ensuite à Paris. La place Tourny, refaite à neuf lui rend hommage en érigeant en son centre une statue. De là, part le cours Clemenceau, autrefois cours Tourny, qui accueille boutiques de luxe et immeubles XVIIIème. Puis c’est la place Gambetta, souvent rebaptisée comme en témoigne les inscriptions gravées dans la pierre. Aujourd’hui, place piétonne et verdoyante, elle est le nouveau lieu de rassemblement des jeunes Bordelais aux beaux jours. En descendant vers la Garonne, le majestueux cours de l’Intendance, autrefois Fossés de l’Intendance parce qu’à la limite de la ville. Il abrite probablement les plus belles façades de Bordeaux. Débouchant sur la place de la comédie où s’érige le grand théâtre, œuvre de Victor Louis. Les allées de Tourny ferment le très prisé triangle d’or Bordelais avec en son centre le marché des Grands Hommes. Ici, tout n’est que luxe est volupté…

Pour sortir des sentiers habituels, emprunter le passage Sarget (le seul passage couvert de la ville), pour déboucher sur le parvis de l’église Notre Dame. Mon conseil : franchir la porte de la Cour des Comptes et vous découvrirez l’ancienne cour du cloitre attenant à l’église. Les rues des Grands Hommes égrènent les noms d’illustres Hommes importants à Bordeaux ; Montesquieu, Montaigne, Voltaire, …
Le triangle d’or Bordelais est le joyau de la ville.

Quartier Sainte Catherine et Saint Pierre … le cœur de la ville

S’il faut parcourir 1,2 km pour passer de la Comédie à la Victoire, ces deux places bien nommées, encadrent la plus longue rue piétonne d’Europe. La rue Sainte Catherine, colonne vertébrale de Bordeaux du nord au sud, est une des plus anciennes rues de la ville et tient son nom d’une chapelle construite en 1048 mais bien vite abandonnée. Aujourd’hui bien pavée, il faut se souvenir que Bordeaux n’était qu’un vaste marécage et qu’il n’était pas rare de se déplacer en barque. Si en rez-de-chaussée les commerces se succèdent, il faut aussi lever les yeux et admirer les belles et riches façades.

Mais la rue Sainte Catherine ne serait rien sans le quartier Saint Pierre qui s’étend jusqu’aux quais. Ce quartier est désormais piéton et très touristique avec ses nombreuses places comme celle du Palais ou du Parlement. Admirez les mascarons qui surplombent les fenêtres de ces beaux immeubles de pierre blonde et au hasard de ses petites rues, vous déboucherez sur la place de la Bourse face au miroir d’eau. En déambulant dans la rue du Pas Saint Georges vous passerez devant la maison natale de François Mauriac avant d’arriver place Camille Julian pour faire un tour à l’église Saint Siméon qui abrite aujourd’hui un cinéma.

Quartier Pey Berland et Saint Paul … l’authentique vie Bordelaise

Aujourd’hui minérale et aérée, il faut imaginer la place entourant la cathédrale saint André entourée de ruelles sombres et marécageuses. Des constructions destinées aux chanoines reliaient la cathédrale à la tour Pey Berland, et si ce beffroi est séparé de la cathédrale, c’est tout simplement pour protéger cette dernière des vibrations des cloches qui pourraient affaiblir les fondations basées sur des fonds marécageux. Sur cette même place s’érige le palais Rohan, ancien palais épiscopal abritant aujourd’hui l’hôtel de ville.

De la place, en descendant vers les quais, la rue Porte Basse témoigne de la présence d’une ancienne porte de la ville dont l’histoire raconte qu’elle abrita longtemps dans une niche une statue de saint Bordeaux. Au 34 de la rue des Ayres, vous découvrirez une belle façade en bois de style directoire avant de passer devant l’église saint Paul de style baroque. La visite se terminera sur la place Fernand Lafargue ancienne place du Vieux Marché, l’un des coins les plus animés de la ville accueillant autrefois les étals de poissons, de pains et de viandes mais aussi le pilori, ou sévissait le bourreau. A chacun ses distractions!

Et les autres ?

Bien sûr, bien plus nombreux sont les quartiers de la ville de Bordeaux et ils ne déméritent pas. Ils ont tous leur propre histoire, leur propre physionomie, leur charme. Il faudrait évoquer ici le quartier Mériadeck, celui de saint Seurin, Nansouty, saint Louis ou Bastide. A Bordeaux chaque quartier est un village dans la ville, s’y perdre est toujours le meilleur moyen de découvrir ses secrets.